« J’ai pensé à toi pour une mission vraiment passionnante, au coeur stratégique de l’entreprise : responsable du tableau de suivi des plannings projets. C’est une superbe opportunité qui te permettrait de connaître vraiment à fond le business, et de discuter avec tous les membres de l’équipe pour chaque mise à jour. Alors qu’est-ce que tu en dis ?  »

Elle l’a regardé très poliment, avec juste un soupçon d’agacement dans le regard, puis avec un grand sourire a répondu :

Lui bien sûr, n’en revenait pas qu’on puisse rejeter une telle opportunité. Devenir la reine du doc excel, manier les macros avec grâce, telle une fée du clavier. Chaque semaine faire le tour de tous le service pour épargner à ces feignasses la pénible tâche de mettre à jour eux-mêmes. Un job de rêve s’il en a jamais existé.

Une fois remis de ses émotions, et avoir épongé son court front d’un revers de manche de sa chemise fraîchement repassée, il est reparti dépité, tenter de refourguer le sale boulot à quelqu’un d’autre.

La mauvaise foi étant beaucoup plus résistante que ses glandes sudoripares, il a tout de même lancé un :

 » Je trouve ça dommage que tu refuses de prendre de nouvelles responsabilités alors que tu as demandé à faire évoluer ton poste ».

On connaît tous dans nos boîtes des personnes comme ça. Dès qu’une tâche semi-ingrate se présente, ils l’emballent dans un joli discours et il essaie de la refiler à un collègue ou une personne hiérarchiquement en dessous d’eux, persuadés qu’on ne peut rien leur refuser.

J’en ai déduit ce grand morceau de sagesse : dans la vie, les profiteurs sont partout. Ils espèrent que vous serez suffisamment gentille pour accepter la tâche, le boulot supplémentaire qu’eux-mêmes préféreraient se couper une jambe à la scie rouillée plutôt que d’accomplir. Votre croix, c’est que vous avez envie de dire oui, de ne pas fâcher, d’être sympa et de montrer que vous êtes compétente. Dans ce cas précis, dire non est la chose la plus professionnelle à faire. Votre travail et votre temps sont plus précieux qu’une tâche inutile. Voici un guide des personnes à qui dire non sans même y réfléchir à deux fois :

[Tweet « Dans le business, les profiteurs rôdent. Voici leur top 5 »]

 

Il est crucial de savoir les débusquer, et les envoyer paître avec grâce.

1. Le client qui vous demande (encore) de travailler gratuitement parce que « son projet est vraiment porteur et il ne vous oubliera pas après, c’est promis ».

2. Le partenaire qui vous refile toujours les tâches ingrates, avec de très belles excuses à l’appui.

3. Les gens qui vous contactent systématiquement pour demander un service, de la visibilité, des produits gratuits mais ne répondent plus quand vous avez besoin de quoi que ce soit.

4. Les amis Facebook qui voient votre projet réussir et se souviennent brusquement de cette géniale soirée que vous avez passés ensemble en 2001.

5. Toute personne qui ne vous sollicite que pour vous demander votre temps, vos idées ou vos services gratuitement, sans autre forme de réciprocité.

Même si je suis à 100% pour l’entraide, que je trouve que c’est un plaisir de pouvoir rendre un service, renvoyer l’ascenseur ou simplement utiliser ses talents pour aider les autres, j’ai aussi appris à détecter un cadeau moisi ou à moitié grignoté quand j’en vois un. Il est important de renvoyer gentiment mais implacablement les profiteurs en question pour marquer vos limites, et construire votre propre succès.

Avez-vous déjà eu à faire à des profiteurs ? Comment faites-vous pour les renvoyer dans leurs buts ?

 

Ce post est dédicacé à Chloé et son régisseur Denis, qui a inventé la formule « Gentil c’est pas un métier »

Reçois ton guide

You have Successfully Subscribed!

Reçois la série "Trouver la bonne idée"

You have Successfully Subscribed!

Reçois les piliers de ton Plan de Conquête de l’Univers

You have Successfully Subscribed!

Recevoir les étapes clés du Plan de Conquête de l'Univers

You have Successfully Subscribed!

Recevoir les étapes clés du Plan de Conquête de l'Univers

You have Successfully Subscribed!