Je n’ai pas le temps.

Ce n’est pas le moment.

Je procrastine trop, j’arrive pas à m’y mettre.

Est-ce que tu as déjà utilisé ce genre de phrases pour justifier de ne pas avancer dans ce que tu voulais faire ? Ecrire ce roman, reprendre la musique, monter ta boîte, faire du yoga, etc. Le temps, c’est notre excuse n°1, la championne toutes catégories confondues pour laisser nos projets et nos rêves au grenier.

Arrête de courir, le temps n'existe pas

Cette étude le montre : nous n’avons jamais eu autant de temps libre, pourtant 78% des personnes interrogées voudraient avoir plus de temps, ralentir.

La semaine dernière je déjeunais avec un ami qui se plaignait de courir tout le temps : ‘L’idéal – me dit-il – ce serait d’avoir une journée de 25 heures. Parce qu’on aurait une heure de plus, comme ça, sans rien changer’. Je parie qu’une heure de plus ne changerait rien. On la remplirait de quotidien et de tâches sans importance, et quelques années après, on se plaindrait : ‘Ce qu’il faudrait, c’est une journée de 26 heures’.

Si tu trouves que le manque de temps c’est une excuse uuuuuuultra légitime pour ne pas y aller, mauvaise nouvelle, je m’apprête à te tirer le tapis sous les pieds.

Le temps n’est qu’une excuse. Il n’existe pas.

 

Prenons un exemple : imagine une journée blindée. RDV, boulot, gamins, deadlines, dîner chez des potes, etc : du matin au soir cette journée est pleine à craquer. Une de tes envies de longue date c’est d’écrire un roman. « Mais tu vois bien, je n’ai pas le temps ! ». Qu’est-ce qui se passe du coup ? Le roman ne s’écrit pas, les jours s’enchaînent à gérer de l’urgent, du très très important (oui, je suis ironique), du quotidien.

Maintenant imaginons, catastrophe, que dans une de ces journées particulièrement pleines, tu trébuches sur un trottoir et que tu te pètes le poignet en te rattrapant. Pas de bol. Je suis désolée pour toi. Mais d’un coup dans cette journée ultra remplie de choses ultra importantes, je suis prête à parier que tu vas trouver le temps d’aller à l’hôpital pour faire soigner ton poignet. Parce que non seulement ça fait un mal de chien, mais en plus tu sais que si tu ne t’en occupes pas maintenant, tu pourrais perdre l’usage de ta main, ou la mobilité de ton poignet. D’un coup l’enjeu est immense. A la poubelle la to do list, décalé le dîner chez des potes, les rdv se feront bien sans toi.

Et que se passe-t-il ? Le monde ne s’effondre pas. Eventuellement tu es un poil plus débordée pendant un jour ou deux, mais bon « il n’y a que 24 heures dans la journée » donc tu trouves aussi la place de relativiser. Après tout, le plus important, c’est que ton poignet se rétablisse.

Tu vois où je veux en venir : ce n’est pas que tu n’as pas le temps pour tes rêves, c’est qu’ils ne sont pas assez haut dans ta liste de priorités. Le temps n’existe que si tu le crées. Si tu crées du temps pour aller soigner ton poignet, tu peux créer du temps pour écrire ton roman, apprendre une nouvelle langue, voyager…

Faire les choses au lieu de les garder pour plus tard

Il n’y a qu’une seule solution à ce problème : créer le temps pour ce qui est vraiment important (et je ne parle pas de la vaisselle ou de répondre à un mail à 22 heures, je parle des vraies choses, les plus importantes : celles qui te font plaisir, qui utilisent tes talents, qui t’apprennent quelque chose, qui te permettent de résoudre un blocage, qui entretiennent  ta santé… choisis ce qui est fondamental pour toi et fais le).

Si tu n’as que 10 minutes par jour, commence par 10 minutes par jour. L’important là dedans ce n’est pas le nombre d’heures que tu y emploies, c’est le fait de trouver du temps. De créer du temps. C’est le fait de se dire à soi-même : je sais ce qui est le plus important pour moi, et je le fais. Je respecte mes envies et je fais de la place pour ce qui me tient à coeur. Je suis importante et il suffit de regarder mes journées pour comprendre.

Si tu es passionnée d’écriture et qu’il n’y a pas un créneau pour l’écriture tous les jours dans ta vie, tu as un problème de priorités. Si tu rêves d’apprendre la poterie et qu’il n’y a pas de la poterie un peu dans chacune de tes journées, il faut changer ça.

Tu ne sais pas quoi écrire ? Tu ne sais pas comment t’y mettre ? Commence quand même. Mets toi devant ta feuille et écris en automatique. Lance toi le défi d’écrire un jour sur deux et de réécrire un jour sur deux. Va te ballader tous les matins pour faire des photos. Ou tous les midis pour aller dessiner un truc que tu vois. Je me fous de savoir comment ou combien de temps, mais fais-le. Les réponses ne viennent que par l’action

[Tweet « La chose la plus importante pour aujourd’hui c’est faire de la place à tes rêves »]

Le temps est élastique

J’ai commencé cette réflexion sur le temps avec un excellent bouquin que je recommande vivement : Le grand bon, de Gay Hendricks. Il parle du temps élastique. Une heure avec l’être aimé passe en un clin d’oeil, alors qu’une heure sur la chaise du dentiste ne fait pas le même effet. C’est une illusion de vouloir mesurer nos vies et nos journées en temps, car le temps lui-même n’a pas la même valeur d’un moment à l’autre.

Ça va plus loin : si on réfléchit en terme d’investissement, une après-midi à faire ce qu’on aime, immergée dans une création, entourée de gens qui nous inspirent, à sortir de notre confort pour découvrir quelque chose de génial vaut des milliers de moments à faire la vaisselle ou à jouer sur son téléphone… On a toutes des moments forts en tête, dont les souvenirs durent des années, parfois une vie. Des moments où l’on s’est senti à notre place, où l’on a été fière de soi. Ou tout simplement où on s’est éclatées.

[Tweet « Ce n’est pas la durée d’une activité, c’est le plaisir et ses conséquences qui comptent. « ]

En quoi veux-tu mesurer ta vie ? En minutes ou en barres de plaisir ?

Dans l’imaginaire collectif, la vie c’est un gâteau. Tu sais pas quelle est la taille du tien, mais il pourrait être découpé en portions égales de x jours, x heures, x secondes. Ton gâteau diminue au fur et à mesure, et à la dernière part, pouf. Tu meurs. Sympa comme vision non ? C’est le genre de fausse évidence qu’on utilise pour se motiver : le gâteau sauce culpabilisation : « La vie est trop courte pour se stresser » « Léonard de Vinci aussi avait 24 heures dans ses journées » etc etc. Le pire, c’est que ça ne marche même pas. Ça donne juste l’impression d’être une ratée de la vie, une oubliée de la bonne fée des talents, condamnée à avoir comme seul accomplissement en fin de vie ‘Meilleur score Candy Crush France du 12 au 16 juin 2016’.

C’est le paradoxe complet : on vit comme si on avait un compte-à-rebours au dessus de la tête et on gère le quotidien au lieu de ce qui est vraiment important pour nous.

Je vais garder l’analogie du gâteau parce qu’elle est parlante : quand on pense à ça, on ne pense qu’à la durée. On dit : ‘Il a bien vécu’. ‘Elle a eu une belle vie’ pour parler de gens qui meurent très âgés. C’est comme si pour la conduite on se disait ‘il a roulé en moyenne à 50 km/h, c’est un bon conducteur’ ou ‘Elle a conduit 270.000 km, c’est une as de la route’.

J’ai vu cette vidéo avec Bronnie Ware, auteure du livre ‘les cinq plus grands regrets des mourants’ (je sais c’est ambiance ambiance aujourd’hui, je te donnerai le lien d’une vidéo de petits cochons mignons à la fin, promis), et elle met un bon coup de pied dans la façon d’organiser nos journées, et de considérer le temps. Le regret n°1 est : je regrette de ne pas avoir eu le courage de vivre une vie fidèle à moi-même, au lieu de la vie des autres.

[Tweet « Est-ce que tu as fait une chose aujourd’hui qui est vraiment importante pour toi, pour ce que tu veux créer ? »]

Qu’est-ce que tu peux commencer dès aujourd’hui qui est infiniment important à tes yeux et que tu ne fais pas depuis des mois ou des années ?

Pas sûre de ce que tu veux faire ? Par où commencer ? Inscris-toi pour recevoir 5 mails courts conçus pour t’aider à faire le tri et trouver la bonne idée pour te lancer.

Et maintenant, un cochon mignon est ami avec un chaton adorable.

Reçois ton guide

You have Successfully Subscribed!

Reçois la série "Trouver la bonne idée"

You have Successfully Subscribed!

Reçois les piliers de ton Plan de Conquête de l’Univers

You have Successfully Subscribed!

Recevoir les étapes clés du Plan de Conquête de l'Univers

You have Successfully Subscribed!

Recevoir les étapes clés du Plan de Conquête de l'Univers

You have Successfully Subscribed!