Quand on monte un projet, et qu’on a envie de se faire connaître, on se retrouve face à deux problèmes principaux :

1. Tout le monde a un avis sur ce qu’on devrait faire, de préférence les gens qui ne connaissent rien au marketing ni à internet, comme tonton Patrick (bonne fête !) qui pense que vous devriez aller vendre vos bijoux haut de gamme sur le marché des vacances à la Cagne sur mer, ou votre propre mère, qui vous suggère de fabriquer des savons en bile de boeuf parce qu’elle a vu un reportage à la télé, alors que vous fabriquez des savons bios et vegan (true story).

 

2. Quand vous vous tournez vers les experts de l’internet, c’est la pagaille : des conseils à tout va, on a l’impression qu’il va falloir apprendre à coder, devenir graphiste à temps partiel, maîtriser les algos google sur le bout des doigts (pour ton référencement, tu sais, c’est important), devenir la reine de l’emailing de masse, faire des teasers (QUOI, t’as pas encore de chaîne Youtube, t’es pas sur Snapchat ? Tu connais Périscope ? J’ai gagné 100.000 euros grâce à Instagram, je te montre comment faire, etc), organiser des jeux concours, et j’en passe et des techniques bien plus douteuses.

Se faire connaître sur internet sans utiliser de techniques commerciales répugnantes

Parfois, moi-même, je cède à l’appel des sirènes. Je passe des heures à essayer de me rencarder sur THE sujet que je ne maîtrise pas encore. Il y a quelques semaines, j’ai eu une crise SEO (Search Engine Optimization, ce sont des méthodes pour qu’on te trouve sur google quand on tape les mots clés qui t’intéressent). J’ai erré des heures sur des sites, je me suis inscrite à 3 newsletters, j’ai installé des plugins, j’ai commencé à tester mon site – et je me suis rendue compte qu’effectivement, j’étais au niveau ‘très quiche’ du SEO -. J’avais l’impression qu’on me demandait de traverser la Manche à la nage, sans préparation, alors que je déteste le froid et que je suis pas hyper fan de la piscine non plus.

Je me suis sentie complètement dépassée par la situation. Avec la très désagréable sensation de ne pas savoir par où commencer et la certitude que quoi que je fasse, je ne serais jamais au niveau.

Et puis à un moment, j’ai fait un pas en arrière. Dans mes recherches je suis tombée sur un article dont le titre m’a arrêtée net : « Comment écrire pour forcer l’ouverture de vos mails« . Je me suis rendue compte que j’étais en train de me transformer en vendeur d’aspirateur. Le genre qui fout le pied dans la porte pour empêcher la gentille mamie de refermer, et puis qui déverse un monceau d’ordures sur son plancher pour l’obliger à acheter l’aspirateur qu’il comptait lui vendre depuis le début.

Une pop up pour réussir sur internet

Pop up je vous hais

Je ne veux pas être un vendeur d’aspirateur.

 

via GIPHY

Je veux bien continuer à faire du marketing, mais seulement d’une façon qui me plaît : je veux faire des partenariats avec des gens que j’admire, pas seulement des gens qui ont plus de likes que moi. Je veux organiser des événements parce que leur contenu va vraiment aider les gens qui y viennent. Pas des boîtes vides où on repart en se disant que c’était pas mal, mais on aurait quand même préféré regarder le dernier épisode de game of thrones à la place.
Je n’ai pas créé de groupe Facebook pendant un an, même si tous les cours que je suivais disaient de le faire, parce que je n’avais pas trouvé une formule qui me plaisait et qui apporterait aux gens (maintenant il existe et il est très très chouette, tu peux nous rejoindre ici).
Je n’ai rien vendu, à part pour des tests avec de petits groupes, pendant 1 an, parce que je voulais créer des choses extrêmement utiles ET plaisantes à faire pour moi.
J’ai un compte sur Twitter qui est mis à jour à peu près 2 fois par an, et un compte Facebook dont je m’occupe. Je ne suis sur aucun autre réseau social (c’est presque un mensonge : j’ai créé un compte Instagram en croyant avoir une idée de génie qui s’est heurtée de plein fouet à ma nullité photographique).

Je vais donc partager avec vous des façons de vous faire connaître et de vous vendre qui ne sont pas des ‘trucs’, mais plutôt des bonnes pratiques qui sont à l’opposé de la vente d’aspirateurs forcée.

« Good work always gets found »

Melissa Cassera

On oublie souvent une chose fondamentale en se noyant dans les conseils marketing : il faut déjà vendre quelque chose de très bon.
L’un des principaux but quand on développe son projet, c’est de devenir de plus en plus bon dans ce qu’on fait.
D’ailleurs c’est une excellente façon de trouver son idée de boîte ou d’activité freelance : quel sujet me passionne suffisamment pour que j’aie envie de me taper des recherches, des cours, des lectures, d’apprendre et de m’améliorer constamment ?
Quand je me suis lancée, tout le monde me demandait pourquoi je ne faisais pas de coaching sur le site. Réponse : j’ai essayé, ça ne m’a pas plu de coacher des gens, et ce n’est pas un sujet sur lequel je suis assez fascinée pour en parler ou étudier des heures.

Vous voulez être écrivain : écrivez, participez à des cours, faites ce qu’il faut pour améliorer votre écriture.
Vous voulez coudre : investissez dans du matériel de qualité, apprenez à améliorer vos créations, faites attention aux détails et aux finitions.
Vous voulez danser : dansez tous les jours au lieu de vous demander si ce n’est pas trop tard.

Sois la plus utile

« Mon but est d’offrir du contenu gratuit qui soit meilleur que le contenu payant de n’importe qui d’autre ».
Ramit Sethi

Souvent, on a peur de donner trop de contenus gratuits « mais qu’est-ce que je vais vendre après ? ». Mais quand on veut se faire connaître, la question est surtout : comment les gens vont-ils faire la différence entre moi et les dizaines d’autres personnes qui font des choses similaires ?
Spoiler : en donnant du contenu extrêmement utile et de bonne qualité.

Mélanie a créé les Pies bavardes parce qu’elle faisait des bijoux, mais elle ne trouvait aucun conseil concret, chiffré sur les blogs de conseils aux créatrices. Elle a décidé de partager tout ce qu’elle apprenait, et de donner énormément de contenu gratuitement sur son site. Résultat : une communauté ultra engagée et un blog qui a beaucoup de succès (Mélanie va d’ailleurs bientôt faire un article pour les Aventurières, on est devenues amies pour la vie autour de notre haine des pop-ups)

 

Autre exemple : Adriene Mishler, actrice et prof de yoga, qui offre sur sa chaîne Youtube des dizaines de vidéos, des cours complets de 30 jours. Ses vidéos sont d’excellente qualité, elle offre du contenu nouveau et elle est à l’écoute de sa communauté (le groupe Facebook est ULTRA actif). Elle a passé la barre des 1 250 000 abonnés sur youtube. Elle vient de lancer un abonnement pour avoir accès à tout + des exclusifs. Les gens adorent tellement ce qu’elle fait qu’au moment où elle lance un produit, ses fans se l’arrachent. Elle n’a même pas besoin de surprendre ou d’en faire des caisses.

Yoga with Adriene chaîne Youtube

Sois toi-même

Le site de Melissa Cassera et ses conseils relations publiques

 

Est-ce que tu as vraiment pris le risque de quitter ton job et de te lancer dans l’entrepreneuriat pour recommencer à agir comme un robot sans âme ? Je ne pense pas. Si ta marque ne te fait pas plaisir, qu’elle te fait ressembler à quelqu’un que tu n’es pas, qu’elle est conçue pour plaire aux autres sans se soucier de ce que tu veux, change la. C’est aussi simple que ça.

Si tu as un penchant pour les séries télé, un sens de l’humour cynique, que tu adores les voyages, ou que tu ne peux pas résister à l’appel d’un bon jeu de mot (ou d’un mauvais), trouve une façon d’incorporer des facettes des toi dans ta marque.

Melissa Cassera est une spécialiste des relations publiques, et aussi une fan inconditionnelle de séries télé de tous genres. On parle Teen Wolf aussi bien que House of Cards. Au lieu de s’en cacher, elle en a fait un élément à part entière de sa marque : elle donne des conseils marketing inspirés de ses films et séries préférés. Elle a déjà expliqué à plusieurs reprises qu’en lâchant son attitude de professionnelle lisse et sérieuse, elle avait perdu quelques clients, mais elle avait surtout commencé à bosser avec des gens qui voulaient absolument qu’ELLE s’occupe d’eux. Je te laisse imaginer le changement dans tes relations clients quand les gens rêvent de bosser avec toi et uniquement avec toi.

Dans un autre style, Ash Ambirge (tu peux lire son interview en français sur les Aventurières ici) a un site qui s’appelle « The Middle Finger Project ». On ne peut pas faire beaucoup plus clair. Dans un post de blog récent, appelé ‘les gentilles marques finissent les dernières‘, elle dit clairement : « Si tu passes ton temps à te rapetisser, tu te sens peut être plus lisse et acceptable, mais être lisse ce n’est pas intéressant. Lisse c’est plat. Lisse c’est chiant. Lisse c’est, à défaut d’un autre mot, gentil. (…) Quelle tragédie. »

Site de Ash Ambirge sur le copywriting et la personnalité dans le business

Ne vois pas des concurrents, vois des partenaires potentiels

Laisse moi te ressortir un bon vieux poncif : « Seul on va plus vite, à plusieurs on va plus loin ». Sur internet, on va plus loin ET plus vite à plusieurs.
Arrête donc d’agoniser sur le site de ta concurrente principale et envoie lui un message d’amour pour lui dire que tu adores ce qu’elle fait (il n’y a qu’un pas entre la jalousie et l’admiration, autant le franchir).
Monter des partenariats peut être une des choses les plus géniales de l’entrepreneuriat : tu as une excuse pour appeler n’importe qui et leur proposer une interview, un échange d’articles, une collaboration. Au pire, tu auras un gentil non ou pas de réponse. Ce qui n’est pas la fin du monde.
La plupart du temps, les gens seront ravis que tu aies pensé à eux et encore plus ravis de pouvoir partager leur passion et leur histoire.

De l’inspiration, du contenu intéressant pour ton public, les partenariats, c’est le bon plan pour tout le monde.

 

Conclusion : Tu n’as pas à te transformer en VRP au sourire ultra-bright pour te faire connaître. Ou tu attireras les clients qui répondent à ces tactiques, pas à ton contenu ou à ta marque. C’est le chemin le plus court pour détester sa propre boîte. 

Reçois ton guide "Libérez votre génie de l'Open Space"

En t'inscrivant, tu recevras également les Love Notes des Aventurières. 

You have Successfully Subscribed!

Reçois la série "Trouver la bonne idée"

En t'inscrivant, tu recevras également les Love Notes des Aventurières. 

You have Successfully Subscribed!

Effets secondaires notoires : tu vas parler de ce que tu fais avec une confiance inébranlable et attirer des clients parfaits.

En t'inscrivant, tu recevras également les Love Notes des Aventurières. 

You have Successfully Subscribed!

Recevoir les étapes clés du Plan de Conquête de l'Univers

You have Successfully Subscribed!

Recevoir les étapes clés du Plan de Conquête de l'Univers

You have Successfully Subscribed!