Quand j’ai lancé les Aventurières, j’avais de grandes ambitions, notamment remettre mon corps dans l’équation de ma vie. 
Je n’ai jamais été une grande sportive mais j’ai quand même fait une bonne dizaine d’années d’aïkido () et j’ai même eu une période où j’étais devenue la reine du fitness #pantalonfluomoulax

 

 

Ça fait 2 ans et demi que je suis entrepreneure, et force est de constater : mon corps n’a pas encore trouvé sa place dans cette équation.
Je passe plus de temps assise à écrire ou à boire des cafés ou à lire qu’à profiter de cette merveilleuse enveloppe qui me permet tout ça et plus encore.

Sauf que…
En mai et juin, j’ai consacré toute mon énergie à mes clientes et au lancement de l’anti-école.
L’anti-école, c’est le bébé le plus ambitieux, le plus dingue, le plus fou et le plus enthousiasmant que j’aie créé depuis le début des Aventurières. Non pas parce que les programmes d’avant ne l’étaient pas, mais parce que l’anti-école correspond à un nouveau stade des Aventurières.
C’est un fabuleux terrain d’expérimentation, d’apprentissage, de bienveillance et d’inspiration.
Je me considère comme une élève de l’anti-école moi-même, et elle m’apprend déjà beaucoup.
Et j’ai donné beaucoup pour qu’elle prenne vie, beaucoup d’énergie pendant les mois d’avril-mai.

Le lancement a été un succès magnifique. Et puis, en juillet, l’anti-école m’a ramenée à mon corps. J’étais sur les rotules. Physiquement, je n’en pouvais plus. Je n’avais plus de motivation. J’avais l’impression que mon cerveau pédalait à vide. Mon corps a dit « Pouce » :

 

ton génie n’est pas dans ta tête, il est partout en toi. Si tu continues à l’ignorer, tu vas droit dans le mur.

 

Je ne vais pas te mentir, ça a été une période pas du tout confortable. Je me sentais tiraillée par mes émotions, irritable et trop nerveuse pour me reposer correctement.
Le cocktail pas cool quoi.

J’ai réfléchi et j’ai revu mes exigences à la baisse : ok, j’avais prévu des choses grandioses pour la rentrée de l’anti-école, et j’avais peur de décevoir les premières arrivées. Mais la donnée non négociable de mon business, c’est moi. Au pire, je risquais de perdre des sous en faisant moins d’inscriptions ce mois ci. Ok, moins d’argent, je peux gérer. Perdre ma motivation et mon génie, ça fait du tort à beaucoup plus de monde.

 

Et tu sais ce qui est ressorti de cette période : une anti-école encore plus dinguement inspirante que ce que j’avais imaginé au début.

 

Ok, le mois de juillet a été plus lent que ce que j’espérais, mais ça m’a permis de développer un kit « Moi d’abord » pour les anti-élèves, et une d’elle a même jailli pour partager ses talents avec le groupe et nous parler de notre intuition et comment s’y connecter.

Surtout, j’ai compris que l’anti-école allait me permettre de faire ce que j’adore : mettre en avant le génie des autres. Au lieu de créer tous les contenus moi même, j’ai décidé de créer des contenus centré sur mon génie : la Signature Emotionnelle, le storytelling. Et de laisser d’autres profs s’emparer de l’anti-école, un mois à la fois, un sujet génial à la fois. Des femmes que j’adore et dont j’admire le travail vont venir parler d’argent, de confiance en soi, vous faire danser, bouger, péter vos verrous pour vous aider à vendre, créer des communautés qui ont du sens, trouver des partenariats et faire ses relations publiques pour se faire connaître, etc, etc.

Au lieu de la communauté Aventurières ++ que j’avais imaginée, ça devient un lieu où l’on vient chercher de l’inspiration, de la motivation et des compétences très concrètes, amenées directement par des profs qui vivent dans leur zone de génie, chacune à sa façon.

 

Un laboratoire pour apprendre mais aussi pour découvrir des modèles de réussite tous différents.

 

J’ai une vision tellement précise et excitante de cette anti-école que j’arrête toutes mes autres offres. Ce que je veux donner aux Aventurières, c’est cette anti-école, et mes contenus gratuits ici, sur mon site et sur le (futur) podcast. Point.

Ce mois de juillet a amené une nouvelle dimension dans les Aventurières, et va me permettre d’avoir une vision encore plus complète, holistique comme on dit, de la libération de génie et de l’entrepreneuriat.

Pourtant, ç’aura été un mois difficile.

Et c’est là où je veux en venir : les leçons ne viennent pas toujours de nos moments de gloire ou de révélations magiques. Nos faiblesses aussi sont là pour nous parler, même si elles n’ont pas le même vêtement chatoyant, et qu’elles chuchotent au lieu de mettre des panneaux lumineux dans nos têtes. Si tu es dans un moment où tu te sens pourrie, écoute encore plus, mets toi encore plus au centre, on te chuchote quelque chose de très important.

Merci, mois de juillet difficile, pour m’avoir redonné mon corps.

Laure


PS : Le mois prochain, Aurore, la Divine Déesse, est la première prof à prendre le contrôle de l’anti-école. Elle veut t’aider à remettre ton administratif en ordre.
La dernière semaine, je ferai un workshop pour t’aider à fixer des objectifs ambitieux et excitants pour la fin de l’année – et surtout à mettre en place les bons outils pour les atteindre.

Inscriptions toute la semaine : https://www.lesaventurieres.com/lanti-ecole-dentrepreneuri…/

Reçois ton guide "Libérez votre génie de l'Open Space"

En t'inscrivant, tu recevras également les Love Notes des Aventurières. 

You have Successfully Subscribed!

Reçois la série "Trouver la bonne idée"

En t'inscrivant, tu recevras également les Love Notes des Aventurières. 

You have Successfully Subscribed!

Effets secondaires notoires : tu vas parler de ce que tu fais avec une confiance inébranlable et attirer des clients parfaits.

En t'inscrivant, tu recevras également les Love Notes des Aventurières. 

You have Successfully Subscribed!

Recevoir les étapes clés du Plan de Conquête de l'Univers

You have Successfully Subscribed!

Recevoir les étapes clés du Plan de Conquête de l'Univers

You have Successfully Subscribed!