Développe un business qui part vraiment de toi

et grandis avec lui

Qui se cache derrière ta procrastination ?

par | Fév 12, 2019 | Avancer malgré les obstacles | 14 commentaires

2 mois 1/2. Minimum.
Plus de 11 semaines.
Pas moins de 80 jours en tout cas.
Et j’te la fais pas en heures, je vais me faire du mal.

Ça fait grosso modo une petite éternité que j’ai envie de te parler de sujets que je trouve hyper importants, essentiels et passionnants.
Et que je ne le fais pas.

T’inquiète j’ai un millier d’excuses à fournir :

  • Houlalaaa, pas le temps pour le moment ! (En train de checker ses notif’ Facebook pour la 32ème fois de la journée)
  • Juste après, attends, j’ai autre chose à faire d’abord. (Comme refaire la page « A propos » de mon site, c’est hyyyyper im-por-tant)
  • Il me manque un peu d’informations mais je m’y mets dès que j’ai tout rassemblé. (D’ailleurs je vais aller mater quelques TED talks sur le sujet… ou d’autres sujets hein, c’est bien les TED)
  • Attends, j’ai besoin d’un peu de réflexion encore, je sais pas bien comment aborder ce thème. (Je viens justement de m’acheter une formation en 32 modules sur un sujet qui …. euh… n’a rien à voir en fait).
  • Et sinon tu as vu cette vidéo sur les habitudes insolites des animaux ? (Ou comment être traumatisée par une mignonne belette qui danse pour hypnotiser sa proie. Et se rendre compte qu’elle est pas si mignonne que ça en fait…)

Bref, je coupe YouTube, Facebook et mon onglet « formations en ligne »… Si on parlait procrastination ?

La procrastination, tu connais ?

Me dis pas non, je suis sûre que tu connais. Mais comme j’aime bien enfoncer des portes ouvertes, je vais ré-expliquer quand même pour les 2 du fond qui ne suivent pas.

Procrastiner ça veut dire avoir tendance à remettre au lendemain.

Le procrastinateur typique c’est ce vieux copain d’école amusant (tant qu’on n’avait pas un exposé à préparer avec lui) qui se mettait à réviser en panique la veille des examens.
Ou cette amie toujours en retard parce qu’elle se prépare au moment de partir.

Dans l’imaginaire collectif le procrastinateur est un glandeur dont la vie est parsemée de séries Netflix, d’assiettes sales et de pénalités de retard. Le tout teinté de culpabilité.

lit cocooning

Et cette image fait du mal à tous les procrastinateurs, parce que :

  • Être un glandeur c’est pas trop beaucoup hyper bien vu dans notre société.
  • Si t’es pas un glandeur tu penses que tu n’es pas concerné…

Alors qu’en fait, selon une étude hautement scientifique menée par moi-même, 99 % des gens procrastinent. Ouais même les bosseuses hyper organisées dans mon genre (#meschevillesvontbien).

Je suis une procrastinatrice qui s’est longtemps ignorée.

Je ne tiens pas à ce que tu me détestes (parce que si on critique les glandeurs, on n’aime pas trop les bosseurs non plus) mais faut que je t’avoue que je suis plutôt du genre à ne jamais me poser.

Je jongle avec mon entreprise, mes blogs, ma vie de famille, mon goût du DIY, ma soif d’apprentissage… et de vraies balles de jonglage aussi.

J’ai une organisation hyper rodée à base de plannings, routines et autres to do list.

Je déclare mon chiffre d’affaires hyper tôt dans le mois, ma maison est bien rangée (sauf quelques zones de non droit aussi connues sous le nom de « chambres d’enfant ») et j’achète toujours les cadeaux de Noël au moins 3 semaines à l’avance.

plan de travail bien rangé

(Ayé tu me détestes, hein…?)

J’te dis pas ça pour faire monter ton niveau de culpabilité mais juste pour te montrer que tout ça ne veut rien dire.

Parce que je suis une procrastinatrice de compétition.

Genre, j’ai mis 9 mois à sortir ce site alors que je faisais ceux de mes clientes en 15 jours (et encore, j’ai pris une coach pour m’aider à me poser sur le sujet ET j’ai délégué une partie du taf à un graphiste…).

9 mois ! Sérieusement ?!

(Et je ne te parle pas des projets de refonte de la page d’accueil, création d’un nouvel optin et d’autres trucs qui sont dans des cartons depuis un moment… mais oui je vais m’y mettre… demain, enfin un jour quoi…).

La procrastination n’est pas une question d’outils, de techniques d’organisation et d’un peu de bonne volonté.

agenda bureau organisé

Ce n’est même pas un défaut, un vilain penchant ou un simple trait de caractère.

On peut être procrastinateur et bosseur trop occupé par ses 112 projets pour s’atteler à une tâche essentielle (Je ne peux pas rédiger cet article, je dois d’abord ranger la maison, finir cette formation et… oh un nouveau projet ! ).

Procrastinateur et perfectionniste, perdant tellement de temps à peaufiner les détails qu’on n’avance pas (Je ne peux pas rédiger cet article, je dois écumer le net dans toutes les langues connues pour voir si je n’ai pas manqué une ressource indispensable à ce sujet…).

Procrastinateur et superorganisé, passant son temps à faire des listes plutôt que de faire ce qu’il y a sur ces listes (Je ne peux pas rédiger cet article, je dois d’abord lui trouver une place sur mon rétroplanning et en fait il aurait bien tenu vendredi dernier mais j’étais en train de vérifier l’emballage des cadeaux de Noël).

Procrastinateur et victime d’une addiction compulsive aux réseaux sociaux et à Harry Potter. (Moi !? NooOOoon).

Procrastinateur et glandeur… (peut-être, parfois).

Tu peux d’ailleurs trouver plein d’idées pour procrastiner des exemples de procrastination sur cette petite BD très amusante.

Différente sorte de procrastinateurs donc mais au final un point commun à tous…

Peut-être que tu procrastines parce qu’il manque un Capitaine à ton navire

La procrastination est juste un symptôme

Que tu baves devant mates de vieilles interviews du batteur de Queen pendant 2 heures sur YouTube… (Non pas toi ? Y a que moi qui fais ça ?)
Que tu décides de lessiver le mur de la cuisine parce que quand même c’est essentiel…
Que tu aies l’idée d’appeler ta mère pour prendre des nouvelles 5 minutes hein, alors que tu sais que ça dure toujours 1h…
Que tu aies soudain envie de faire des biscuits maisons, d’aider tes gamins à trier leurs Légos, d’apprendre à faire des emballages en furoshiki ou de te mettre à l’aqua-poney…

plan de travail pâtisserie maison

Au lieu de mettre à jour ton site web, de lancer ta formation en ligne ou juste d’écrire un article…

(Toute ressemblance avec une situation ayant existé ne serait que purement fortuite… Pssst si t’as besoin d’excuse pour pas faire un truc, demande-moi !).

Ta procrastination n’est qu’un symptôme.

Elle ne cache pas un manque de volonté, de courage ou d’organisation. Elle n’est même pas une conséquence de ton perfectionnisme (dommage c’était une excuse plus sympa).

Elle est juste un outil utilisé par nos protecteurs intérieurs pour nous éviter parfois l’ennui (soit on procrastine des trucs chiants, soit on kiffe le petit coup d’adrénaline de la dead line qui approche) et souvent la peur : peur de l’inconnu, de se taper la honte, d’être jugé, d’être ignoré, de ne pas être à la hauteur, de devoir changer trop de trucs dans sa vie, de choisir… En gros peur d’échouer ou de réussir et des conséquences que ça peut avoir.

En résumé voilà comment ça marche quand tu as envie de faire un truc sympa (comme apprendre à marcher sur un fil, c’est franchement kiffant en vrai) mais que tes protecteurs intérieurs flippent pour toi…

bd procrastination
(Je peux te dire que j’ai longtemps procrastiné ce dessin par peur du ridicule… des critiques… des encouragements aussi… et que j’avais des excuses en béton armé du genre « t’as même pas de tablette graphique », « faut ouvrir un autre blog celui-ci est fait pour les textes sur les outils blogging » et environ 32 déclinaisons de « c’est à chier ».)

Tu as peut-être dans ta boîte à outils cet autre empêcheur d’avancer : le syndrome de l’imposteur (je t’en dis plus sur lui et comment t’en débarrasser).

Comment sortir de la procrastination ?

Du coup tu te demandes comment faire pour arrêter de procrastiner…

Alors, tu peux toujours avoir recours aux traditionnels conseils et astuces d’organisation :

  • Se fixer des objectifs mesurables et concrets
  • Découper les tâches en sous-tâches pour éviter l’impression de « cette montagne est trop grosse j’y arriverais jamais » et avoir une to-do list de la mort qui tue
  • Travailler par plages d’une heure avec un pomodoro à côté
  • Planifier avec des deadlines (quand on est entrepreneure on n’a plus de patron pour le faire à notre place et c’est une excuse en béton pour repousser tout ce qui n’est pas fixé directement par ses clients)
  • S’engager par écrit envers soi-même
  • Ne pas tomber dans le multitasking (c’est le maaaaaaaal, écrit-elle en écoutant un module de formation et en checkant Pinterest en même temps)
  • Se filer des récompenses extérieures (Chocolaaaaaat, mais après avoir fait le boulot seulement)

Grosse auto-discipline quoi.

Si ça t’intéresse tu peux lire aussi mon article sur les techniques d’organisation que j’utilise.

bureau bien range

Tout ça, ça marche quelques temps, mais ça n’empêche pas les deux zigotos (et d’autres) de revenir avec d’autres joujous (m’est avis qu’ils ont des actions chez Facebook d’ailleurs).

Et si on réussit à leur confisquer l’outil « procrastination », ils reviendront avec d’autres outils moins sympathiques.

Pas qu’ils soient méchants en mode « saboteurs intérieurs », simplement ils ont peur et ils font leur taf : nous protéger de trucs qu’ils pensent dangereux pour nous.

Si être un peu organisée suffisait, j’ignorerais tout de la procrastination aiguë : il y aurait 1 offre d’accompagnement individuel et 3 formations supplémentaires sur mon site, ma salle à manger serait enfin refaite et j’irais marcher 1h tous les jours (ou faire de l’aqua-licorne, j’hésite…).

Ce qui rassure mes petits gardiens plus qu’une tablette entière de chocolat et une to-do list sur 3 ans par contre ?

Leur rappeler mon pourquoi, ma motivation profonde et intérieure (et que l’action à accomplir va dans ce sens, sinon ça marche pas bien sûr).

Leur dire que j’ai le droit à l’échec et que réussir ne m’engage à rien (mes protecteurs intérieurs ont très peur des choix définitifs).

Leur expliquer que je ne risque rien, que tout ça n’est pas grave et que quoi qu’il arrive je saurais y faire face (merci mais j’ai plus 5 ans en fait).

Faire un 1er pas : passer à l’action sans cogiter 10 secondes de plus pour leur prouver que tout va bien (J’ai publié cet article et je suis toujours en vie ! Youhou !)

hakuna matata

Et toi, qu’est-ce que tu gagnes à procrastiner ? De quoi ça te protège de ne pas passer à l’action ? De quoi as-tu peur ?

Partage cet article à une Aventurière :

14 Commentaires

  1. Salvateur ton article Cécile. J’ai l’impression que tu parles de moi. Je réalise que nous sommes des millions de procrastinateurs et trices !!! Je ne suis pas seule, youpi ! Alors merci d’être sortie de ta zone de confort pour nous faire du bien.
    Perso ça fait un mois que je dois faire ma page « services » sur mon site. C’est juste un truc essentiel si je veux quelques clients. Mais non… Il y a toujours un article hyper urgent à écrire, une formation topissime qui va me trouver des clients toute seule, un challenge instagram hyper majeur où il faut que je poste tous les jours des photos de ciel, et puis tient, si je m’inscrivais à un atelier d’écriture, and so on….

    Réponse
  2. Hello !

    Après avoir reçu ton article dans mes e-mails j’étais obliger de lire cet article lol.
    Totalement ok , je m’y reconnais dans cet article
    Pour ma part je suis une procrastineuse – cogiteuse professionnel (eh oui sa existe mdr), je remet toujours à demain, mon blog cela fais plus d’1 an qu’il existe et je me prends toujours autant la tête à me dire  » nan mais cet article il est mal écrit, non mais attend c’est pas bon là, nan mais attend tu crois vraiment tu vas arrivée à attirer du monde dans cet thématique  » alors je suis au point mort, mais je me soigne, lancement d’un groupe facebook pour ce challenger dans nos vies!

    A bientot !

    Réponse
  3. J’adore te lire je crois que tu as écrit cet article pour moi en fait tu m’espionnes c’est ça ?
    Perso, ça me fait vraiment souffrir en ce moment, je n’arrive pas à avancer sur les choses essentielles et ça me mine le moral.
    Merci pour cet article très inspirant.
    Je procrastine en ce moment car je ne me sens plus aligné avec mon activité.. revoir la base avec mon pourquoi et ma cible pourrait peut être m’aider ?
    Belle journée

    Réponse
  4. Coucou Cécile ! Merci pour cet article ! Ca m’a permis en même temps de refaire un petit tour sur ton blog et d’aller piocher quelques trucs en terme d’organisation.
    Etant donné que je dois récupérer mes enfants à 16h, les journées sont quand même assez courtes ! Et j’ai l’impression de ne rien faire chaque jour ! Ma to do list ne diminue pas beaucoup…
    Je suis en phase « me faire connaitre » donc je passe beaucoup de temps sur les réseaux sociaux… J’avoue que c’est hyper chronophage mais j’ai pas trop le choix si je veux avoir un peu de visibilité…A bientôt 🙂

    Réponse
    • @Fran : Ah oui promis t’es pas seule, que celui qui n’a jamais repoussé un truc au lendemain nous jette son compte Facebook au visage ! (PS : ça fait 3 ans bientôt que j’ai un site de freelance en « coming soon » parce que ça voudrait dire choisir ce que je vais vendre comme services en freelance)

      @Imène : La procrastination par cogitation, oh oui je connais bien aussi !! Je sens un peu de syndrome de l’imposteur là-dessous aussi non ?

      @Leyla : Merci pour ton retour 🙂 C’est difficile d’avancer sur un truc plus aligné, peut-être que ça mérite que tu fasses le point là-dessus en effet.

      @Audrey : Peut-être que certaines choses de la Todo list ne sont pas essentielles en fait non ? Pour ta visibilité, il y a d’autres choix que les réseaux si besoin, peut-être que ce n’est pas la meilleure façon de faire pour toi si tu veux récupérer tes loulous à 16h (ici c’est 16h30, pfiou je gagne 30 minutes 😉 )

      Réponse
  5. Hello Chère Cécile 🙂

    Ah ça me fait plaisir je ne suis pas seule, effectivement, j’y travail…… le syndrome de l’imposteur et peur de ne pas réussir, je suis actuellement en train de travailler sur ma première formation, d’un coté j’ai envie de lâcher, quand j’entend cette petite voix rabat-joie ( mais t’es qui toi pour crée une formation?), je pense que tu as surement vécu ça ? lol alors d’un coté , je veux lâcher et de l’autre j’ai envie de tout donner. Ce n’est pas évident, il faut un bon mentale dans le domaine du blogging ou plutôt de l’entreprenariat ! 🙂

    Belle soirée à vous toutes !

    Réponse
    • @Imène Oh oui il faut un bon mental je te confirme : c’est pour ça que c’est important d’avoir une motivation interne (un vrai projet, des valeurs etc. plutôt que la seule motivation de l’argent comme certains).

      @Cécile : Merci ! C’est décidé dès que j’ai une idée de dessin, je m’y mets maintenant, adieu procrastination !

      Réponse
  6. Salut Cécile,
    merci pour cet article rassurant. Et bravo pour ton dessin, je ne peux que t’encourager à continuer !

    Réponse
  7. Coucou !

    Tout le monde procrastine, j’ai tendance à la diaboliser mais des fois je trouve qu’il y a quand même une forme de procrastination utile.
    Procrastinatrice consciente, parfois il est aussi bon de vivre avec.

    Réponse
    • Hello Miha
      Oui si remettre quelque chose au lendemain est choisi en toute conscience pour son propre bien, c’est bienvenu.

      Réponse
  8. Ah la procrastination…. ma douce amie ennemie. Je suis moi aussi une procrastinatrice dans l’âme, même si la plupart des gens qui m’entourent me trouvent super organisée.

    Je pense que la procrastination est fortement liée à la notion de satisfaction imminente. Là par exemple, j’ai un article à écrire sur les caravanes (si si), et cela fait d’ailleurs 4 jours que je dois m’y mettre, mais que je recule l’échéance. « fin de semaine il a dit le client », on est jeudi, je suis laaarge.

    J’ai bien plus envie de prendre le temps de lire de nouveaux articles, ou de créer de nouveaux contenus 🙂

    Je suis une procrastinatrice et j’assume !

    Réponse
    • Oui l’ennui face à une tâche pas gratifiante. Clairement le singe de la procrastination n’aime que la gratification immédiate, mais quand elle nous empêche de mener à bien des projets auxquels on tient ça devient gênant et plus profond que ça. Enfin la cause est plus profonde, on utilise la gratification immédiate pour se détourner de notre but.

      Réponse
  9. Bonsoir Cecile,
    tu t’y connais bien en procrastination. Le truc avec moi c’est que je ne sais même pas de quoi j’ai peur!!! sa doit être de l’échec, je crois!!!
    J’aimerai bien moi aussi apprendre à parler à mes protecteurs intérieur, mais surtout à les convaincre pour procrastiner le moins possible; parce que je ne suis pas sur que l’on peut définitivement s’en débarrasser.
    Merci pour cet bel article qui nous rappelle que nous sommes tous procrastinateurs de temps à autres.
    Au plaisir de te lire,
    Fabrice.

    Réponse
    • Merci pour ton retour Fabrice. Au fond, on s’en fiche si tu ne sais pas de quoi tu as peur. Suffit d’y aller quand même !

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Perdue ? De quoi tu as besoin ?

Reçois ton guide "Libérez votre génie de l'Open Space"

En t'inscrivant, tu recevras également les Love Notes des Aventurières. 

You have Successfully Subscribed!

Reçois la série "Trouver la bonne idée"

En t'inscrivant, tu recevras également les Love Notes des Aventurières. 

You have Successfully Subscribed!

Effets secondaires notoires : tu vas parler de ce que tu fais avec une confiance inébranlable et attirer des clients parfaits.

En t'inscrivant, tu recevras également les Love Notes des Aventurières. 

You have Successfully Subscribed!

Recevoir les étapes clés du Plan de Conquête de l'Univers

You have Successfully Subscribed!

Recevoir les étapes clés du Plan de Conquête de l'Univers

You have Successfully Subscribed!