Sélectionner une page

Développe un business qui part vraiment de toi

et grandis avec lui

Si le cordonnier est le plus mal chaussé… ??

par | Juil 16, 2019 | Mindset | 0 commentaires

 

J’en ai ras le bol de cette expression “Les cordonniers sont toujours les plus mal chaussés”. Ça pue la justification et le manque d’exigence. S’ils sont mal chaussés, ils n’ont qu’à changer de métier.

Si tu es coach est que toi même, tu n’es pas accompagné.e par les personnes les plus à même de te faire avancer… bah pose toi des questions. Si tu es marketeuse et que ton site ne convertit pas du tout, que tu galères avec tes offres et que tu n’as pas beaucoup de clients, bah ne viens pas me vendre « des clients à ne plus savoir qu’en faire » ou je ne sais quelle connerie. Si tu fais des manucures et tes ongles sont immondes, j’ai pas envie que tu t’occupes des miens.

Ça va bien 5 minutes de se cacher derrière des dictons de la préhistoire pour ne pas faire le taf. Si tu ne fais pas le travail de fond, tu ne pourras jamais rattraper ça en 12 leçons marketing express ou 7 secrets des pros pour avoir plus de clients. Être entrepreneur.e, c’est non seulement gérer les aspects communication, vente et marketing de ce que tu fais, mais aussi ton propre chemin d’excellence.

 

Ton intuition ne suffit pas

Quand je vais chez une masseuse qui est perchée de ouf et qui me dit « ah, la supervision je vois pas trop l’intérêt, c’est super mental, moi je travaille à l’intuition », j’ai envie de fuir direct. Ne pose pas tes mains sur moi si tu crois que ton intuition « suffit ». T’es qui ? Jésus Christ ? Tu appelles l’univers et boum, tous tes mécanismes d’égo et tes projections disparaissent ?
On ne peut pas toujours travailler avec des gens qui répondent à tous nos critères d’exigence (par exemple, dans le massage, et même dans beaucoup de métiers de soin, c’est encore dramatiquement rare la supervision, et encore plus le travail sur l’égo… sic), mais en tant que professionnelle, demande toi : où est ton focus ? Où est-ce que tu en es avec ta progression et ton excellence ? 

Tu mets ta priorité où ?

Est-ce que tu fais partie des personnes qui sont persuadées qu’un bon marketing, ça peut rattraper un manque d’exigence sur ton cœur de métier ? Le but du jeu, c’est d’être visible et de vendre, ou de devenir une professionnelle qui se réinvente et qui monte la barre toujours plus haut et plus loin dans ce qu’elle aime ?

 

Les premières années de ma boîte, je mettais beaucoup l’accent sur la visibilité et le fait de me faire connaître, et peu l’accent sur ma progression en tant qu’experte. Résultat : beaucoup de stress, beaucoup d’argent jeté par les fenêtres en formation jamais finies, et beaucoup de tours de parking et d’ennui.
Même avant de monter ma boîte, dans mes boulot salariés, je me planquais derrière cette histoire de cordonnier mal chaussé. Ce n’est pas que je ne prenais pas mon travail au sérieux, je voulais que le boulot soit bien fait et je faisais de mon mieux. Mais il me manquait l’ingrédient principal : ma progression. Je voulais « bien faire », mais je n’avais aucun système pour m’améliorer en permanence, continuer à découvrir mes forces et à capitaliser dessus, travailler sur moi et me réinventer.  Du coup ce que je faisais me laissait toujours un sentiment de pas top. Un petit goût de 13/20 (clin d’œil à Alex pour cette expression).

 

Il me manquait les deux grands principes qui aujourd’hui sont au cœur de ma vie :

1. Progresser en permanence, de façon consciente, sur ce qui me fait kiffer

2. Voir ce qui vient à moi comme des informations et des opportunités, pas des problèmes.

 

A l’inverse, cette année, j’ai investi à peu près 20 000 euros en coaching et en formation de coaching (et je ne compte que les 6 premiers mois de 2019). C’est ma priorité numéro 1.
Plus que de me verser un salaire dodu, plus que d’apprendre les techniques marketing secrètes des pros. Je veux bosser ma posture de coach et le rebranchement à mon feu sacré. Ce n’est pas qu’un vœu pieux. C’est ma priorité ET je me donne les moyens, en respectant ma capacité d’investissement et en faisant de vrais choix. 
Ça ne tombe pas du ciel. J’ai décidé il y a un an de faire du coaching, et c’était un choix risqué et fort par rapport au confort de la formation en ligne et du marketing. Former et transformer, ce sont deux métiers différents. J’ai pris ce choix très au sérieux et j’ai créé un système pour progresser là dedans.

 

L’exigence, c’est la sœur jumelle de la patience

C’est la première fois de ma vie que je procède comme ça, et ça change tout. Je sais que j’ai dit ça à plusieurs reprises, et je radote avec joie : tant que tu cherches consciemment ou inconsciemment un point « d’équilibre » parfait, tu ne vas jamais t’éclater. Ça aura toujours un goût de 13/20 sur fond d’ennui mortel (ou d’illégitimité paralysante selon les cas).
Les fantasmes d’entreprises qui se montent en trois coups de cuiller à pot et qui rapportent gros à un entrepreneur bedonnant qui rêve d’aller s’étaler sur un hamac, ce sont des poisons pour ton potentiel et ton niveau de kif. J’en ai marre de voir des professionnel.les qui se contentent d’être moyens, et qui croient compenser en investissant sur les pubs facebook, parce qu’ils ne voient pas où sont leurs vrais leviers de progression.

Monter et gérer une entreprise sur la durée, ce n’est pas facile. C’est excitant, c’est remuant, c’est hyper stimulant, mais ce n’est pas facile.  Et ça demande de choisir où tu mets ton énergie. Tu poses tes priorités, et tu réajustes en permanence. Personne n’a la recette parfaite, les choix différents ont des conséquences différentes. Ça prend du temps, et tu vas forcément te planter en route.

Pour 2019, j’étais super au clair : je bosse sur ma posture et mon énergie. Donc je vais à des stages feu sacré, je me fais coacher et superviser, et j’ai suivi deux formations pour coacher des équipes et avoir des bases solides en coaching individuel. J’ai aussi fait des investissements pour progresser sur mes offres premium et le développement à long terme des Aventurières.  Je suis coach pour des entrepreneur.es, donc mon système d’excellence est basé là dessus : je progresse en tant que coach et en tant qu’entrepreneure.

Je ne suis plus un cordonnier mal chaussé. Je suis un cordonnier qui accorde énormément d’attention à comment ses propres chaussures sont, et comment elle peut les rendre encore plus confortables, encore plus brillantes, encore plus solides dans le temps (bon la métaphore a clairement touché ses limites).  Et toi, tu en es où avec ton système d’excellence ?

Partage cet article à une Aventurière :

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Reçois ton guide "Libérez votre génie de l'Open Space"

En t'inscrivant, tu recevras également les Love Notes des Aventurières. 

You have Successfully Subscribed!

Reçois la série "Trouver la bonne idée"

En t'inscrivant, tu recevras également les Love Notes des Aventurières. 

You have Successfully Subscribed!

Effets secondaires notoires : tu vas parler de ce que tu fais avec une confiance inébranlable et attirer des clients parfaits.

En t'inscrivant, tu recevras également les Love Notes des Aventurières. 

You have Successfully Subscribed!

Recevoir les étapes clés du Plan de Conquête de l'Univers

You have Successfully Subscribed!

Recevoir les étapes clés du Plan de Conquête de l'Univers

You have Successfully Subscribed!