Développe un business qui part vraiment de toi

et grandis avec lui

Pourquoi c’est important d’aller voir les autres quand on est entrepreneur

par | Mar 21, 2019 | Mindset | 9 commentaires

Depuis que je suis ado j’envisage régulièrement d’aller élever des chèvres dans le Larzac en Bretagne et de vivre en auto-suffisance.

Enfin ça c’est la version officielle. En réalité, mon rêve ressemble plutôt à une petite ferme très isolée où des elfes de maison cultiveraient mon jardin (parce que si je compte sur mes talents de jardinière je vais vite crever de faim) pendant que j’écrirais une saga dans un sous-genre de fantasy qui se vendrait à des millions d’exemplaires (et le courrier de mes fans arriverait par hiboux, parce que pourquoi pas).

Une chose est sûre : j’ai besoin de temps seule. Beaucoup.

La simple présence de quelqu’un d’autre dans la maison m’empêche de bosser efficacement en fait.

Je ne vais pas naturellement vers les autres quand je ne les connais pas. Je ne vais pas naturellement vers l’extérieur tout court, de manière générale. Je peux rester une semaine sans sortir de chez moi et mon seul indispensable pour de bonnes vacances c’est ma liseuse bourrée de livres (et le Wifi quand même faut pas déconner). (Cette BD résume bien la situation)

Bref, j’aime pas trop les étiquettes qui enferment mais pour résumer : je suis une introvertie.

Tu aurais peut-être du mal à le croire si tu m’avais vu agiter les mains en criant « Odiiiile Odiiile » en direction d’une copine sur un quai de gare (si tu n’as pas l’image, c’est ici). Mais j’ai dit introvertie pas timide… Je suis une introvertie option humoriste ascendant rockstar, tout un concept.

Être introverti il paraît que c’est pas forcément bien compris ou bien vu, mais on s’en fout. Je ne suis pas là pour dire que c’est une force ou une faiblesse, que c’est difficile ou bien cool… C’est ce que je suis, et peut-être aussi ce que tu es, et c’est comme ça. J’ai longtemps cru que c’était ma zone de confort et qu’il fallait que j’en sorte, alors qu’en fait c’est juste ma zone vitale.

Ça n’empêche en rien d’être entrepreneure ou d’avoir un blog qui reçoit plein de visites (s’il y avait autant de monde chez moi ce serait un problème par contre ^^). Pas besoin de se plier à un modèle qui ne nous ressemble pas pour se montrer sur le web. Il semblerait même qu’internet soit l’Eldorado des introvertis (Le monde entier à portée de clic, bien au chaud chez soi avec un écran de protection. Oh joie ! Il paraît même que certains profitent de l’occasion pour se transformer en trolls puants mais bon…).

Mais, il y a quand même un truc sur lequel il faut être un peu vigilant quand on veut trouver des lecteurs et des clients sur internet et qui n’est pas forcément hyper naturel pour tout le monde : c’est de penser à aller voir un peu à l’extérieur quand même. Si, si des fois c’est utile (voire indispensable).

Je t’explique…

Ne pas aller vers les autres et une des 8 erreurs que j’ai fait en débutant sur le web : retrouve les 7 autres ici.

Même si, comme moi, tu es bien chez toi, dans ta grotte avec tes bouquins et tes sites web où tu apprends plein de trucs (youpi !!). Voici 4 bonnes raisons d’aller voir un peu ailleurs ce qu’il s’y passe pour que ton projet prenne son envol.

#1 : Aller voir tes (futur.e.s) client.e.s (ou lecteurs/trices)

Ton projet tourne autour d’un truc qui t’intéresse, voire te passionne. C’est essentiel pour tenir sur la durée.

Tu le développes en t’appuyant sur tes valeurs, tes envies et tes forces. C’est mieux pour aller plus vite sans se faire du mal.

Mais si tu ne vas pas voir les gens qui ont besoin de toi, pour comprendre en quoi ils ont besoin de toi… Ça va être difficile de pouvoir répondre à ce besoin dans tes articles et avec tes produits.

Être lue, suivie et vendre, de manière « authentique » (c’est un mot très galvaudé mais tu vois ce que je veux dire), c’est être à la croisée des chemins entre ce que tu sais/aimes faire (100% toi) et ce dont les autres ont besoin (100% eux).

Qui tu es, tes forces et tes motivations, ton histoire, ce qui te plaît et ce qui te révolte… Tu le sais (sinon penche-toi bien sur la question).

Ce que veulent les gens avec qui tu as envie de travailler… Ce sont eux les mieux placés pour le savoir.

Alors du coup, si tu débutes tu fais comment ?

Et bien tu vas trouver où sont ces gens qui s’intéressent à ce que tu fais et tu vas leur poser la question. (Ça paraît simple comme ça mais « Si tu sais pas, demande » est un vrai enseignement utile).

tasse de thé et stylo

Pour ça, tu peux créer une communauté autour de ta thématique ou intégrer une communauté existante : les blogs et les réseaux sociaux sont là pour ça. Si tu es très courageuse (ou naturellement extravertie), tu peux même aller dans des rencontres dans la vraie vie (ouais IRL) et parler à des vrais gens (incroyable, je sais).

Une fois là, tu peux choisir d’observer ce qu’il se passe ou même de poser toi-même des questions.

L’objectif : voir quels sont les besoins de ces gens, quels problèmes ou quelles envies ils ont.

C’est quelque chose que certains blogueurs et entrepreneurs font à l’intuition, en regardant ce qui se passe autour d’eux. Si tu connais bien les gens à qui tu parles, si tu as cette intuition assez naturellement, ça va être hyper simple pour toi.

Mais si tu as du mal à trouver ce qui donnerait aux gens l’envie de te suivre, voire de te payer, demande-leur comment tu pourrais les aider tout simplement (bon ça va être un peu plus subtil que « Comment puis-je t’aider ? » quand même mais « Quel est ton principal problème / ta plus grande frustration sur ce sujet ? » c’est un bon début). Si tu as déjà belle communauté, tu peux envoyer simplement un questionnaire !

Et écoute. Dans tous les cas, pense problème à résoudre et besoin auquel répondre.

C’est fondamental que ça fasse écho en toi (pas la peine de parler de ronflak cornu si ta passion c’est les licornes) mais ce n’est pas en restant tournée vers toi que tu le découvriras (parce qu’il y a tellement de trucs à faire autour des licornes !).

Tu pourrais aimer aussi : Comment faire du marketing sans vendre son âme au diable

#2 : Aller voir ce que font les autres dans ton domaine

Tu remarqueras que je n’ai pas dit « aller voir la concurrence ». Ce mot de concurrence a un fort goût de compétition, de trouille et de comparaisonnite aiguë. Tout ce qu’on n’aime pas.

Je suis partisane du « la concurrence n’existe pas dès lorsque tu es toi-même« . Parce que si tu fais les choses bien, les lecteurs et les clients viendront à toi pour ce que tu es… Tu ne seras jamais interchangeable, parce que personne d’autre ne fait ce que tu fais comme tu le fais. En fait chaque personne est un concept unique.

Mais n’empêche que ton entreprise et ton blog sont sur un marché. Il ne faut pas non plus fermer les yeux là-dessus parce que tes lecteurs et clients eux ne ferment pas les yeux. Ils voient les autres solutions, alors autant que tu les vois aussi.

Donc regarde ce que font les autres, ce qu’ils proposent, comment ils font, ce qui marche pour eux et même parle-leur (brrrr) : quelques interventions sur leur blog et réseaux sociaux, un petit mail, un message privé… Et prends des notes !

prendre des notes

Au pire quoi ? Ils te snobent parce qu’ils n’ont pas compris que tu ne vas pas leur faire de l’ombre et pis c’est tout.

Si ça fait peur à ton égo, (re)lis Lise Bourbeau et répète en boucle « Je ne suis pas en cause. Je suis une belle personne c’est l’autre con*@# qu’a rien compris » pendant 21 jours, ça ira mieux (ceci n’est pas forcément une technique officielle pour travailler sa blessure de rejet).

C’est aller voir ce qui se passe chez les autres qui va te permettre de :

  • Voir en quoi tu es différente et le mettre en valeur
  • Te sentir vachement plus sereine face à cette pseudo concurrence
  • Apprendre des autres et t’inspirer (benchmarker comme on dit) pour tes contenus, tes produits, ta communication… d’ailleurs tu peux t’inspirer de gens qui ne sont pas dans ton domaine d’activité aussi.
  • Te faire un réseau (Une de mes clientes a découvert récemment une « concurrente » et a décidé que c’était sa future BFF plutôt qu’une ennemie effrayante. Je pense qu’elle a tout compris)

Ce qui nous mène au point 3 (t’as vu comme je maîtrise l’art des transitions subtiles)

#3 : Aller voir les autres entrepreneurs / blogueurs pour se créer des opportunités

Là on passe à la vitesse supérieure : entretenir une relation, au moins épisodique, avec d’autres personnes qui travaillent sur le web c’est très chouette pour s’inspirer mais ça permet aussi de se créer un réseau pro.

Et, crois-moi, dans le monde de l’entrepreneuriat ou du blogging, comme ailleurs, le réseau c’est assez essentiel : recommandations voire affiliation, articles invités, interviews, apports de contenus qui déchirent pour ta communauté, webinaires en commun, petits coups de pouce promotionnel, création de produits à 4 mains et chouettes moments en perspective.

café collectif

Alors que ce soit bien clair, je ne te dis pas qu’il faut à tout prix networker dans des events et des meet-ups (oui parce que l’entrepreneur qui se crée des opportunités IRL parle franglais). Je n’ai jamais fait ça en fait. J’ai même pas une carte de visite pour Blog by yourself…

Non pas que ce soit mal, j’imagine que ça aurait pu accélérer certaines choses. Mais ce n’est tellement pas mon truc qu’à part un mal de crâne et 2 jours de repos pour m’en remettre, je n’en aurais pas tiré grand chose.

Donc fais comme tu veux : du groupe Facebook à la distribution en masse de cartes de visite en soirées de réseaux, du saut dans une boîte mail aux coups de fils en série (la téléphonophobie on en parle ?), de l’espace de coworking aux conversations messenger… il y a 1001 façons de réseauter. Choisis celles qui te conviennent le mieux !

Et puisqu’on parle de « collègues » et de relations aux autres, je t’invite à lire les conseils de Selma Païva pour te démarquer en ligne.

#4 : Aller voir des copines qui vivent la même chose pour se soutenir et se motiver

Bosser seule et de manière autonome c’est bien, surtout quand on est indépendante dans l’âme et qu’on kiffe le calme de la solitude.

Mais la réalité c’est qu’au quotidien c’est parfois lourd. L’entrepreneuriat c’est très solitaire, même quand on est solitaire.

Et dans les moments de doutes, de confusion et de procrastination.

Quand on oscille entre blocages et prises de tête, qu’on arrive à un pallier ou qu’on a envie de rebrousser chemin.

Ou même quand on veut célébrer une grande réussite.

Avoir sa petite communauté de personnes qui savent. Celles qui comprennent. Celles qui étaient là. C’est indispensable pour continuer.

coeurs festifs

Parce que même si ta voisine est sympa, elle ne comprend pas pourquoi tu es en panique face à une page blanche estampillée « Erreur 500 ». Tout comme ton mec en a marre que tu changes « encore d’avis » sur ce que tu veux offrir à tes clientes (et même que si tu pouvais trouver un « vrai métier » et être disponible tous les soirs après 20h ce serait bien). Quant à ta meilleure amie elle pense encore que tu pourrais emmener les mômes au karaté toutes les semaines vu que tu es chez toi.

Les vraies savent 😉

Alors pour toutes ces raisons, pense à relever la tête du guidon et à regarder ce qui se passe dehors.

Si tu veux sortir de l’isolement et profiter d’un vrai accompagnement de groupe tu peux t’inscrire au Club des Futur•e•s Solistes. On y parle de toi, ton projet, tes choix stratégiques et tes avancées, parce qu’ensemble on va plus loin (et plus vite en fait).

Pour en savoir plus clique ci-dessous.

Voir ce qu’il se passe dans le Club

Partage cet article à une Aventurière :

9 Commentaires

  1. Aaaah MERCI Merci MERCI !! Etant une introvertie certifiée débutant une reconversion dans la création d’infoproduits je vois tout à fait de quoi tu parles…
    Je vais faire lire cet article à tout mon entourage, histoire qu’ils comprennent enfin que je ne suis pas si étrange que ça (ou au moins que je ne suis pas la seule…)

    Réponse
    • @Laurence : Merci de ton retour. Je crois que nous sommes nombreuses dans ce cas, tu peux le certifier à ton entourage 😉

      @Aline : Tout pareil ! Merci de ton retour !

      @Séverine : Oui l’entourage pro est indispensable en effet.

      @Shana : Au fond blogueuse seule ou blogueuse-entrepreneure on se retrouve avec les mêmes problématiques (hormis l’aspect financier du coup) et la solitude / le besoin d’aller voir à l’extérieur pour s’inspirer et avancer en fait partie. 🙂

      @Enora : Yes ! Merci pour ton retour !

      Réponse
  2. Un article destiné aux entrepreneuses/blogueuses introverties, forcément je kiffe!
    Et je suis atteinte de téléphonophobie , moi aussi (quel mot moche, quand même)!
    Je n’ai jamais eu envie de réseauter irl, par contre, en virtuel, j’échange avec ma communauté, dans les groupes FB et je suis beaucoup d’entrepreneuses que j’adore! <3

    Réponse
  3. « L’entrepreneuriat c’est très solitaire, même quand on est solitaire. » Oh que oui! Pour notre entourage, on écrit des articles de blog et voilà tout. Pas bien compliqué. S’ils savaient….
    Merci pour cet article qui nous rappelle que nous sommes toutes dans la même situation. Trouver des gens qui comprennent notre quotidien est si important pour rester motivée!

    Réponse
  4. Je suis aussi une introvertie et j’aime travailler sur mon blog dans le calme et le silence pour pouvoir me concentrer sur ma rédaction d’articles. J’apprécie cette solitude plus facilement que quelqu’un qui serait extraverti. Mais je ne suis pas encore entrepreneuse.

    Réponse
  5. Que de bons conseils !! Je me retrouve bien dans ton article et je ne peux que valider tes propos. Il est important d’aller vers les autres pour échanger que ce soit avec sa communauté/prospects pour mieux les comprendre et répondre à leur besoin ou avec ses confrères et les personnes dans la même situation que soi pour se sentir entourée, comprise et prendre un shot d’énergie et de nouvelles idées qui rebooste à fond ! 🙂

    Réponse
  6. Merci pour cet article!
    Moi enfant j’ai fait le voeux de devenir un ours polaire et d’après mes parents j’y tenais vraiment! 😉 Cela fait seulement peu de temps (après une bonne introspection) que j’ai réalisé que c’était l’endroit le plus loin des gens et de leur agitation qui m’attirait, d’un calme blanc aussi pur à 360°.
    Introvertie et phobique sociale à fond! Cela n’empêche pas d’apprendre à se connaître, d’évoluer et d’aller vers les autres. (mais ça demande parfois beaucoup plus de temps et de travail que pour d’autres 😉 )

    Réponse
    • Clairement, tout le monde ne fonctionne pas de la même façon et n’a pas les mêmes talents. Ce que j’aime avec internet c’est qu’on peut aller voir les autres en restant chez soi au calme ^^ ha ha

      Réponse
  7. Bonjour,

    Merci pour cet article très instructif. L’un de mes soucis également est que je suis vraiment très solitaire. J’ai de nombreuses compétences dans plein de domaines différents, j’aime surtout aider les gens, répondre à leurs question… Mais je ne suis pas de nature à aller vers les autres.

    Je vais essayer de m’exercé et voir ce qui se passe ailleurs! D’ailleurs, j’ai fais mon premier pas ici!!

    Merci et bonne continuation!

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Perdue ? De quoi tu as besoin ?

Reçois ton guide "Libérez votre génie de l'Open Space"

En t'inscrivant, tu recevras également les Love Notes des Aventurières. 

You have Successfully Subscribed!

Reçois la série "Trouver la bonne idée"

En t'inscrivant, tu recevras également les Love Notes des Aventurières. 

You have Successfully Subscribed!

Effets secondaires notoires : tu vas parler de ce que tu fais avec une confiance inébranlable et attirer des clients parfaits.

En t'inscrivant, tu recevras également les Love Notes des Aventurières. 

You have Successfully Subscribed!

Recevoir les étapes clés du Plan de Conquête de l'Univers

You have Successfully Subscribed!

Recevoir les étapes clés du Plan de Conquête de l'Univers

You have Successfully Subscribed!