Développe un business qui part vraiment de toi

et grandis avec lui

Être vue, lue et convertir : 8 erreurs à éviter pour un blog pro

par | Déc 6, 2018 | Marketing | 13 commentaires

Avertissement : cet article contient plein d’informations issues de mon expérience et de celles de mes clientes. Le lire pourrait te permettre de savoir ce que tu dois vraiment mettre en place pour lancer une activité en ligne (celui où il peut réellement t’apporter des sous par exemple). Le partager à tes copines blogueuses et entrepreneures fera de toi leur BFF (Bonne Fée Forever, c’est comme la marraine de Cendrillon mais en plus stylée).

Voilà, tu es avertie. Et j’ai pas du tout la pression après ce message (J’ai fait un pari avec mon syndrome de l’imposteur. Il a perdu).

Tu sais que créer des contenus est utile pour être visible sur le net, pour faire passer ton message et pour gagner de l’argent.

Comme moi, tu as du lire un paquet de fois que le blog est mort mais, comme moi, tu n’y crois pas (c’est quoi ce besoin de se jeter sur tout ce qui est nouveau et d’enterrer le reste d’ailleurs ?).

Parce que, sérieusement, pour attirer du monde, créer du lien et de la confiance, tout en étant « chez soi »… le blog ça se pose là quand même. Et le monde, le lien et la confiance, c’est un peu les bases de la vente. Donc si tu veux vendre des trucs en ligne, c’est pas déconnant de tenir un blog.

Par contre, c’est pas toujours facile de le faire décoller. C’est pour ça que je t’ai donné les 4 clés d’une présence en ligne qui cartonne ici : 4 bases indispensables qui permettent de trouver ton public, t’éclater et vendre plus facilement. Si tu veux voir en détails tous les bénéfices de poser ces jalons dans le bon ordre, j’en parle là.

Maintenant, tu te dis que tu as déjà ces bases sur ton blog ou tu as peut-être essayé de les mettre en place mais ça ne donne pas les résultats escomptés. Je voulais donc faire, avec toi, le tour des 8 grandes erreurs qui font que ça ne marche pas. Histoire que tu puisses les dépasser. (PS : ça marche aussi sur un vlog, un compte Insta ou tout autre endroit où tu vas poser tes contenus pour attirer du monde)

Erreur n°1 : Ne pas se poser les bonnes questions à son propre sujet

La base de ta présence en ligne, c’est toi et ton identité (oui oui je radote).

Mais si tu restes sur les questions assez traditionnelles, du genre entretien d’embauche autour de tes savoirs et expériences… ça va vite bloquer.

Bien entendu si tu parles de parentalité, ça peut être utile que tu aies été psychothérapeute et que tu aies 2 enfants. Mais ça ne va pas te différencier beaucoup d’Isabelle Filliozat.

Si tu veux te différencier vraiment, ne pas te noyer dans la masse et ne pas t’ennuyer quand tu produis tes contenus (gratuits comme payants), sois au claire avec : ce qui est important pour toi, ce que tu aimes / n’aimes pas, ce qui te fait kiffer, ce qui te révolte, ce que tu fais avec facilité, ce qui t’est difficile,…

Par dessus tout, trouve la réponse à cette simple question : Pourquoi ?

Pourquoi tu fais ce que tu fais ? C’est quoi ton fil rouge, ta motivation ultime ? (Tu as 2 heures pour me rendre ta copie ah ah)

fil rouge

Et pas forcément juste au niveau professionnel.

Tu vois, je n’aime pas du tout les mots « mission de vie »… Je ne me crois pas investie d’une mission et pendant bien longtemps cette notion m’a donné de l’urticaire parce que je la trouvais trop limitée pour contenir mes multiples passions (Whaaaat ? Une mission ! Une SEULE ? No way, moi je veux être blogueuse – maman – formatrice/consultante en com’ digitale – auteure – portraitiste – circassienne – chanteuse de rock sous la douche… et recueillir tous les animaux malheureux dans une grande ferme en Corrèze aussi).

Et bien j’ai pris conscience que sous tous les trucs qui me faisaient vraiment kiffer se cachait un fil rouge : mon pourquoi. Qui est aussi valable quand j’écris sur ce blog que quand je m’occupe de mes enfants en fait. Du coup, j’ai arrêté d’attendre de trouver ma mission (avec la lumière venue du ciel et Jean-Sébastien Bach en B.O).

Et chaque fois que je l’oublie, je perds la motivation ou je fais des trucs pourris (voire les deux ensemble, suivi d’une bonne crise de « àkoibon »).

Donc si tu veux pas te louper avec ton activité en ligne, sur le long terme, pars de ton pourquoi et de tout ce qui fait que tu es toi. Ce sera bien plus simple de tenir la route, de t’affirmer et d’avoir un positionnement clair et différenciant.

Erreur n°2 : Faire un « personna » classique (voire ne pas en faire du tout)

Le personna c’est cet avatar client que l’on apprend à faire en marketing. Genre si tu as un site qui parle de cuisine végétarienne « mon lecteur idéal c’est Sophie, 34 ans, classe moyenne parisienne mariée 2 enfants » .

OK mais c’est quoi son problème à Sophie ? Elle cherche quoi en ligne ? Elle en est où dans son parcours avec la bouffe végétarienne ? Elle fréquente quels types de sites ? Elle se sent comment par rapport à la cuisine végé ?

cuisine vegetarienne

Parce que tu ne vas pas proposer les mêmes contenus, employer les mêmes angles d’attaques, les mêmes mots-clés, ni aller montrer tes articles aux mêmes endroits selon que :

  • Sophie veut manger végé parce qu’elle est attachée à la défense de la cause animale. Elle a l’habitude de cuisiner elle-même des recettes qu’elles trouvent sur Pinterest ou ses blogs de cuisine favoris. Ses amies ne sont pas végé, son mec ne veut pas entendre parler de tofu ou de boulettes de haricots rouges et ses enfants ont appris à l’école qu’il fallait manger de la viande une fois / jour. Elle a peur des carences et de ne plus être invitée chez les copines si elle adopte de nouvelles habitudes alimentaires.
  • Sophie voudrait acheter moins de viande pour faire des économies et manger plus sainement. Elle n’a pas trop l’habitude de cuisiner mais elle a plusieurs copines végétariennes dans un groupe d’entraide Facebook qui l’ont convaincue de s’y mettre. Elle a peur que ce soit trop compliqué de faire des plats que les enfants mangeront avec plaisir.
  • Sophie est déjà flexitarienne, elle voudrait passer à la vitesse supérieure. Elle court beaucoup et n’a pas trop le temps de cuisiner. Elle cherche surtout des solutions pour les repas qu’elle prend à l’extérieur dans le cadre de son boulot ou en sortie le week-end : restau ou lunch box.

Tu vois la différence, en terme d’émotions, de vécu, de problématiques, d’envie….

Une des bases indispensables de ta communication c’est de savoir à qui tu t’adresses, donc c’est hyper important d’aller vraiment creuser de ce côté-là.

Erreur n°3 : Ne pas avoir d’objectif clair pour ton site

On ne peut pas aller quelque part, si on ne sait pas où on va.

Tu ne peux pas faire agir des gens (convertir comme on dit en marketing), si tu n’as pas clairement défini au préalable ce que tu voulais qu’ils fassent…

C’est seulement quand tu auras écrit ton objectif, que tu pourras trouver les actions à mettre en place pour l’atteindre (et arrêter de perdre ton temps avec des trucs inutiles du coup).

J’ai écrit tout un article sur la façon de fixer un « bon » objectif ici.

Erreur n°4 : Avoir peur d’en donner trop

C’est une question qu’on se pose toutes un jour où l’autre. En particulier quand on commence à mettre en place des contenus payants sur son site : Où est la limite entre ce que je donne gratuitement et ce que je fais payer ? Et si j’en donnais tellement que les gens auront tout ce qu’il faut et ne paieront pas ?

Je pense que c’est un faux calcul.

Ton contenu gratuit attire du trafic. Il montre à quel point tu es compétente sur ton domaine et te rende crédible. Il permet aux lecteurs de faire ta connaissance, de voir quelle est ton approche et d’inspirer la confiance. Il leur permet aussi de glaner des tas d’informations utiles sans te payer, en effet…

fleurs ananas deco

Mais, même si tu vends uniquement de l’information pure sous forme de formation en ligne par exemple (sans intervention de ta part ni accompagnement ou réponses aux questions) et que cette information est disponible gratuitement en ligne (sur ton site et/ou ailleurs), tu vends le gain de temps de trouver toute l’info classée, accessible dans l’ordre à un seul endroit, sans avoir à chercher et recouper les sources.

Les gens qui veulent du gratuit, n’auraient de toute façon pas payé, même si tu en avais donné moins sur ton site (à moins d’utiliser des leviers un peu manipulateurs pour faire croire que tu vas leur révéler un super secret inédit en ligne et accessible seulement 3 jours avec pour 1997€ de bonus).

Après, si tu vends des formations en ligne, je te recommande quand même de donner encore plus dans tes formations : interventions live de ta part, réponses personnalisées aux questions, groupe d’entraide, exercices pour passer à l’action… Tout ce qu’on ne peut pas donner dans de simples articles.

Pas forcément pour que ça paraisse « mieux » et plus vendeur mais pour que ça soit vraiment utile afin que tes clients avancent. Elle est là, la valeur.

Erreur n°5 : Essayer d’être partout à la fois

Côté visibilité, une erreur assez fréquente est de vouloir être partout sans vraiment faire de choix stratégique : référencement, réseaux sociaux, Pinterest, YouTube…

A moins d’embaucher une équipe pour gérer ça, tu ne peux pas être sur tous les fronts. Etre visible c’est important mais être active sur Insta, avoir un compte Pinterest qui tourne, optimiser tous ses articles pour le SEO, faire des vidéos YouTube régulièrement et lancer des conversations sur Twitter tout en animant ta page Facebook me semble un peu compliqué. Même avec des outils de programmation pour les réseaux.

Privilégie en 1er lieu d’aller là où est ton audience ET où tu te sens à l’aise. Quand ça tournera, tu pourras élargir ta zone d’action. Mais au départ choisis.

choisir facilement

Ça signifie bien entendu de ne pas se disperser sur tous les réseaux sociaux mangeurs de temps mais aussi de ne pas forcément publier tous tes contenus sur ton blog, surtout à ses débuts (oui ça paraît bizarre mais à quoi bon publier 50 articles sur un blog désert ? Demande à une de mes clientes qui vient de doubler son nombre d’abonnés en 1 journée en suivant mon conseil de faire des articles invités 😉 ).

Erreur n°6 : Croire qu’il suffit d’un formulaire (ou d’un bouton) pour avoir des abonnés fidèles

Pour faire revenir les gens sur ton blog, créer du lien et de la confiance. Pour faire passer tes messages et proposer tes offres de produits ou de service…. Tu sais que c’est important de fidéliser. Réseaux sociaux ou newsletter, tu vas faire naître une communauté.

Sauf que, souvent, on pense qu’il suffit de mettre un formulaire « Abonne-toi à ma newsletter » ou un bouton « Suis-moi sur les réseaux sociaux » et pouf c’est réglé… Si ça ne marche pas pour toi, voici quelques pistes à creuser :

  • Assure-toi que ton appel à l’action soit visible : emplacements, couleurs, visuels…
  • Mets en avant le bénéfice que va en tirer le lecteur
  • Simplifie-lui la tâche un maximum (ex : pas de clic inutile)
  • Assure une fois qu’il a « signé »… si tu veux des abonnés à ta newsletter mais que tu n’écris rien (ou des trucs qui font pas envie…), si tu fais tout pour qu’on te suive sur un réseau mais que tu n’y es quasiment pas… ça ne va pas fédérer beaucoup 😉

Erreur n°7 : Attendre pour passer à l’action

Je ne te jette pas la pierre : je suis la reine de la procrastination quand je m’y mets. ZE Queen.

Plein de choses expliquent ce truc là : peur d’échouer, peur de réussir, syndrome de l’imposteur, perfectionnite aiguë (qui en soit n’est qu’un symptôme associé en fait), oubli de son pourquoi, truc qui nous fait pas vraiment kiffer au fond, habitudes bien ancrées, manque de clarté…

Bref, on a toutes une très bonne raison de procrastiner (et la découvrir est un moyen d’y mettre fin bien plus efficace que de se mettre à utiliser Trello, Asana, un pomodoro, une routine militaire et une to do list de 112 lignes de 5 couleurs différentes).

ro do list

Alors sus aux fausses excuses : mon site n’est pas prêt, je dois finir cette formation d’abord, YouTube m’a suggéré cette vidéo hyper intéressante, encore un livre pour être sûre de maîtriser le sujet, nan mais le batteur de Queen vient d’ouvrir un compte Instagram, l’année prochaine je m’y mets, juste après cette conversation Facebook, c’est la faute des mômes (#mereindigne), j’ai les vitres à nettoyer d’abord (oui il pleut et alors), j’peux pas j’ai aquaponey…

(J’ai utilisé absolument toutes ces excuses sauf une. Je pourrais créer une appli d’excuses moisies pour procrastinateurs en herbe).

Donc stop aux mauvaises excuses, prend ton pourquoi et ton objectif, découpe ça en petites actions, affiche-les publiquement pour que ce soit engageant et en route ! (Si ça bloque toujours, pense faire appel à un.e pro qui peut t’aider à démonter tes blocages).

Erreur n°8 : Rester toute seule dans son coin

Tu connais sûrement ce proverbe « Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin« .

Je ne sais pas si seul on va forcément plus vite mais j’ai pu constater qu’on s’arrête assez rapidement (donc on va moins loin en effet).

Je peux te parler de ne pas rester seule d’autant mieux que je suis une graaaaande solitaire. J’ai jamais vraiment kiffé le travail en équipe. Je suis une introvertie qui aime travailler sur ses idées et projets de A à Z (et sans qu’on vienne me déranger s’il-vous-plait).

Donc, je ne prône pas forcément les projets collaboratifs et les espaces de coworking. Chacun fait selon sa personnalité.

Mais, force est de constater, que si on n’a personne qui comprenne vraiment ce qu’on vit (de l’intérieur) pour échanger sur ses idées, partager ses états d’âmes, fêter ses réussites, échanger des bons tuyaux, se soutenir, se filer un petit coup de main, se motiver, réseauter… Ça risque d’être difficile d’aller loin.

Je te conseille de trouver quelques nanas qui partagent ta vision, ont le même type de challenge et en sont à peu près au même niveau que toi dans leurs projets : dans la vraie vie ou en ligne, en mode groupe de copines, mastermind, coworking,… Trouve ta tribu !

Tu peux aussi lire mon article sur les 4 types de personnes à aller voir pour faire décoller son projet.

oeufs de paques multicolores

A toi maintenant : Quelle(s) erreur(s) qui te bloque(nt) as-tu repérée(s) ? Quelles solutions envisages-tu ? (action engagement 😉 )

Si tu veux passer à la vitesse supérieure on est là pour t’accompagner ! Toutes nos formules sont ici

Partage cet article à une Aventurière :

13 Commentaires

  1. Ooooh génial cet article !

    Réponse
    • Merci @Lise 🙂

      @Lynpixx : Bonjour ! On apprend petit à petit et on devient une grande blogueuse 😉

      @Laurie : Merci pour ton retour…. Aah l’éparpillement, j’ai pratiqué aussi.

      @Claire : Merci ;), j’vais me faire un T-shirt avec #blogginggourou dessus tiens mdr

      @Jennifer : Merci de ton témoignage !

      @Cam : Merci. Rome ne s’est pas fait en un jour, nos blogs non plus !

      Réponse
  2. Bonjour
    Je ne connais pas encore tous les outils pour mettre en place des fonctions attractives sur mon blog mais petit à petit je developpe.
    Je n avais par exemple jamais entendu parler de la google search console avant de lire un de tes articles, je t en remercie d ailleurs…

    Réponse
  3. J’en suis à les débuts alors les erreurs de stratégie je les constate tous les jours malheureusement haha celle que je suis en train de corriger sont de ne plus s’eparpiller sur tous les réseaux sociaux à la fois et surtout apprendre à connaître d’autres blogueuses ! Je ne pouvais que me reconnaître dans ton article

    Réponse
  4. Oh mais cet article tombe à pic !
    Merci Cécile, tu es mon nouveau gourou

    Réponse
  5. Ah ah ah! L’introvertie qui aime travailler seule , je me suis bien reconnue. Mais je confirme : développer son réseau est plus que bénéfique pour son business en ligne. Je suis également d’accord avec toi pour ce qui est d’offrir du contenu gratuit. La création d’un blog doit être avant tout d’apporter de la valeur ajoutée à ses lecteurs, de leur apporter des réponses. Ensuite, si ça matche, on peut leur proposer nos produits.
    Je suis fan ton blog que je découvre.
    Jennifer

    Réponse
  6. Très intéressant, j’ai encore beaucoup d’axes d’amélioration ^^

    Réponse
  7. « si tu restes sur les questions assez traditionnelles, du genre entretien d’embauche autour de tes savoirs et expériences… ça va vite bloquer. »
    hahahahaha, oh combien je déteste les entretien d’aumbauche!
    Ton article est magnifique avec beaucoup d’humour. merci c’est un plasir de te lire.

    Réponse
    • Merci beaucoup pour ton retour 🙂

      Réponse
  8. Merci Cécile ! Comme toujours, j’adore ton ton et tes super conseils !
    Je viens de voir ton webinaire Pinterest en replay. Je vais appliquer tes astuces de suite pour mon petit business tout neuf 🙂
    A bientôt !

    Réponse
    • Avec plaisir Audrey 🙂

      Réponse
  9. Salut Cécile
    Je viens de finir cet article….et ben y’en a à apprendre!!!Merci je vais digérer tout ça!!

    Réponse
    • Hello Nolwenn
      Bonne digestion alors 😉

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Perdue ? De quoi tu as besoin ?

Reçois ton guide "Libérez votre génie de l'Open Space"

En t'inscrivant, tu recevras également les Love Notes des Aventurières. 

You have Successfully Subscribed!

Reçois la série "Trouver la bonne idée"

En t'inscrivant, tu recevras également les Love Notes des Aventurières. 

You have Successfully Subscribed!

Effets secondaires notoires : tu vas parler de ce que tu fais avec une confiance inébranlable et attirer des clients parfaits.

En t'inscrivant, tu recevras également les Love Notes des Aventurières. 

You have Successfully Subscribed!

Recevoir les étapes clés du Plan de Conquête de l'Univers

You have Successfully Subscribed!

Recevoir les étapes clés du Plan de Conquête de l'Univers

You have Successfully Subscribed!