En ce moment, je suis en stage business coaching avec trois clientes. Je suis admirative de leur niveau d’implication, de leur détermination à vivre une vie qui part d’elles et à aller à la rencontre de la meilleure version d’elles-mêmes. 

Elles, en revanche, regardent leur parcours d’un oeil plus circonspect. Elles disent : “J’ai passé des dizaines d’années à survivre” “Si je me relâche, je vais retomber dans mon état de larve” “Je tolère encore plein de choses que je ne devrais plus tolérer”. 

Je reconnais ces phrases, parce que je les ai pensées de nombreuses fois, en automatique, pour rejeter les compliments ou les avancées qu’on me reflétait de l’extérieur. 

J’ai passé des années à entendre “Ah mais toi, tu t’en sortiras toujours” et à avoir envie de distribuer des claques à tour de bras en entendant ça. 

La réalité, c’est que je ne voulais pas reconnaître ma force. Pour certain.es d’entre nous, c’est plus facile de regarder ce qui déconne et de continuer à avancer que de s’arrêter pour apprécier tout ce qu’on a fait. 

J’ai été élevée dans une famille de classe moyenne, au milieu de la campagne. Il n’y a aucun entrepreneur dans mon entourage. J’ai grandi élevé par une mère probablement bipolaire, dans un quotidien de violence physique et psychologique. Une seule personne issue de mon lycée était allée à Sciences Po sur 150 ans d’histoire. Mon ami Pierre dit souvent – en rigolant qu’à moitié – que je suis “sortie du cul d’une vache”. 

Par modestie mal placée, pour ne pas vexer ou faire de l’ombre, j’ai appris à mettre mon ambition et ma couleur sous des couches et des couches de “normalité”. J’avais une Ferrari, et je l’ai déguisée en Fiat Panda pour pas trop faire jazzer. 

Ne pas reconnaître ton ambition, c’est une façon de ne pas prendre soin de toi. 

C’est pas parce que tu as fait des détours ou que tu t’es trompée de chemin que ton histoire est moins valable que celles des autres. 

Tu as des talents, une histoire et une façon de regarder le monde qui t’es unique. C’est normal d’avoir envie de la développer au max, de relever des challenges et de créer des choses incroyables en partant de qui tu es. C’est normal de vouloir gagner de l’argent à partir de ce qui est singulier chez toi. 

Je n’en peux plus de lire cette phrase “Et surtout, ne te prends pas trop au sérieux”, comme si c’était un super conseil pour mettre de la légèreté dans ta vie. Mais putain moi je me prends vachement au sérieux. Je prends mes rêves très au sérieux, je prends mon corps au sérieux, je prends mes challenges et mes réussites au sérieux. Je prends ma légèreté au sérieux aussi, parce qu’elle fait partie de mon fonctionnement naturel. 

Ce qui est louche, c’est de pas te prendre au sérieux. C’est de minimiser ton ras-le-bol, de négocier avec le niveau de kif, de revenus ou de réussite que tu veux atteindre. 

Voilà les 3 systèmes sur lesquels je m’appuie aujourd’hui pour nourrir mon ambition et avancer chaque jour vers la meilleure version de moi-même : 

 

Mon système d’ambition : 

 

Deux feuilles, qui sont affichées en permanence au dessus de mon bureau : 

  • ma vision à 25 ans / 1 an / 3 mois. Je la revisite régulièrement, je ne la regarde pas dans les détails toutes les semaines, mais je l’ai sous le nez et en un coup d’oeil je vois pourquoi je fais ce que je fais et vers quoi j’ai envie d’avancer. Je la revisite quand ça se précise ou que j’ai quelque chose d’encore plus goûtu qui me vient. 

 

  • La meilleure version de moi en énergie, travail et dans mes relations. C’est aussi une feuille que je modifie régulièrement 

 

Mon système de soin 

J’ai traînassé sur ce sujet (cf début de cette Love Note : je suis plus facilement en mode Xéna la guerrière qu’en mode détente et douceur). 

Mon système de soin, c’est pas juste des masques à la bave d’escargot et des soirées croûte de canapé. Je le mets à jour en permanence pour qu’il soit à la hauteur du niveau de challenge que je me fixe. 

Une règle simple : plus tu augmentes le niveau de challenge et d’ambition, plus tu dois augmenter ton système de soin. 

Sinon c’est le cramage et le sabotage assurés. Equation très simple à se tatouer sur les paupières : Niveau de challenge = Niveau de soin. Si tu me crois pas, va checker combien d’heures Lebron James – un chamion de basket américain – dort par nuit*. 

Mon système aujourd’hui : 

  • Un ostéo énergétique que je viens de découvrir et qui est juste parfait, je prévois de le voir tous les deux mois en mode “maintenance”, et plus si j’ai quelque chose de spécifique à bosser.

 

  • Une pratique sportive régulière : je reprends la course avec le retour des températures correctes et je commence à travailler avec un coach sportif en renforcement musculaire. Sur l’année dernière, j’ai fait du sport entre 2 et 3 fois par semaine l’hiver, 4 à 5 fois au printemps-été (je suis une créature hibernante)

 

  • De la sophro tous les 15 jours chez une professionnelle, et quelques minutes par jour chez moi

 

  • Ma pratique de la musique : je fais de la guitare et je chante tous les jours, je vais à la chorale une fois par semaine

 

  • Un groupe très restreint d’amis que je vois et avec qui je communique quasi tous les jours. 

 

 

Mon système d’inspiration : 

 

Je rentrerai plus en détail sur la modélisation et comment utiliser les gens plus avancés que toi pour accéder à la meilleure version de toi même la semaine prochaine, mais déjà je peux te dire que mon système comprend 3 niveaux : 

 

  • Des gens proches de moi chez qui je pioche des compétences et du savoir-être

 

  • Des artistes et des oeuvres qui me touchent : je suis assez obsessionnelle quand j’aime quelque chose, je veux baigner dedans. J’écoute la même chanson 60 000 fois (coucou When the party’s over de Billie Eilish – version live Howard Stern), je regarde le même show 30 fois (hellooo Jigsaw de Daniel Sloss), je kiffe une série puis j’achète le texte de la pièce originale, je mate toutes les interviews de l’autrice et je finis par acheter l’intégrale des scripts pour re-regarder en prenant des notes (salut, Fleabag de Phoebe Waller Bridge)

 

  • Selon le sujet sur lequel j’ai envie d’avancer, des lectures et des inspirations plus ponctuelles. En ce moment sur le leadership, je lis un bouquin de Phil Jackson, j’ai un livre de Alex Ferguson en attente. Sur l’argent j’ai téléchargé l’audiolivre de Père riche père pauvre et maté des interviews de Robert Kiyosaki. 

 

Voilà les trois systèmes que j’utilise et que je mets régulièrement à jour pour avoir de la clarté sur ce que je veux et faire un pas de plus chaque jour. 

La semaine prochaine, je te partagerai plus de détails sur ma courbe d’apprentissage (= comment je m’améliore concrètement dans les domaines qui sont importants pour moi) et comment utiliser les gens que tu admires comme un booster vers tes objectifs. 

 A toi : dis moi en commentaire lequel de ces trois systèmes tu préfères, et ce que tu vas mettre en place tout de suite après la lecture de cet article pour avancer concrètement vers ta Vie 0 regret. 

 

Laure

 

*Si t’es une faignasse et tu veux pas chercher, Lebron James dort 12 heures par jour, en comptant ses siestes.

Partage cet article à une Aventurière :

Reçois ton guide "Libérez votre génie de l'Open Space"

En t'inscrivant, tu recevras également les Love Notes des Aventurières. 

You have Successfully Subscribed!

Reçois la série "Trouver la bonne idée"

En t'inscrivant, tu recevras également les Love Notes des Aventurières. 

You have Successfully Subscribed!

Effets secondaires notoires : tu vas parler de ce que tu fais avec une confiance inébranlable et attirer des clients parfaits.

En t'inscrivant, tu recevras également les Love Notes des Aventurières. 

You have Successfully Subscribed!

Recevoir les étapes clés du Plan de Conquête de l'Univers

You have Successfully Subscribed!

Recevoir les étapes clés du Plan de Conquête de l'Univers

You have Successfully Subscribed!